Ceci n'est pas un livre... c'est une liseuse

Mis à jour : sept. 16


Ceci n’est pas un livre mais des dizaines et dizaines de livres ! Si on m’avait dit qu’un jour j’achèterai une liseuse, je ne l’aurais pas cru... Car comme beaucoup de libraires qui ont eu, ou ont encore la même réaction, je considérais cet accessoire numérique comme une trahison pouvant mettre en péril le livre imprimé.

Mais que nenni, le phénomène mortifère peut s’entendre dans les pays anglo-saxons, mais ici les Français sont encore très attachés à l’objet-livre. Et si le marché commence à décoller, les libraires reconnaissent que ce sont souvent les gros lecteurs qui achètent une liseuse par confort pour certaines de leurs pratiques culturelles, sans pour autant abandonner le plaisir d’étoffer leur bibliothèque.

Pour ma part, c’est la préparation de la Rentrée littéraire qui m’a finalement convaincue.


Beaucoup d’attachées de presse préfèrent envoyer des épreuves numériques par mail que des épreuves imprimées par la Poste. Question de coût ! En ces temps difficiles, encore sous la menace d’un re-confinement, espérons que rapidement, en plus de la précieuse loi sur le prix unique du livre, libraires et éditeurs pourront bénéficier d’une initiative du Ministère de la culture pour obtenir des tarifs négociés avec La Poste ( au moins aussi bien que ceux obtenus par Amazon...) concernant l’envoi de livres.

En attendant, la bibliomaniaque que je suis a bien entendu fait un mix pour les vacances : quelques épreuves papier et cette Diva légère qui recèle une liste de lectures « rentrée littéraire » très bien garnie. À vos marques, prêts, lisez !


#rentreelitteraire2020


© Inkipitch.bzh - 8 rue du Pays de Galles 29 300 Quimperlé - France - Tous droits réservés